Saint Jean-Marie Vianney

image013Jean-Marie Vianney a grandi en pleine période de troubles révolutionnaires. Ainsi, recevra-t-il sa première communion dans la clandestinité. Le jeune campagnard, qui n'a jamais fréquenté l'école, voudrait devenir prêtre mais son père est réticent. A vingt ans, il commence ses premières études, mais il est si peu doué pour les études que le séminaire de Lyon, où il a fini par entrer, décide de le renvoyer. Il parvient quand même à se présenter à l'ordination sacerdotale à Grenoble. Après un premier ministère à Ecully, il est nommé curé dans une petite paroisse de 230 habitants: Ars, à 40 km de Lyon. Il y restera jusqu'à sa mort. Sa bonté, la joie dont il rayonne, ses longues heures de prière devant le Saint-Sacrement, impressionnent peu à peu ses paroissiens. Pour écouter, réconforter et apaiser chacun, il reste jusqu'à seize ou dix-huit heures par jour au confessionnal. Pendant les dernières années de sa vie, jusqu'à 100.000 pèlerins viendront chaque année pour entendre une parole de réconfort et de paix de la part de ce curé qui connaît si bien le cœur des hommes et celui de Dieu. Complètement donné à sa tâche pastorale, épuisé, il aura ce mot vers la fin de sa vie: «Qu'il fait bon de mourir quand on a vécu sur la croix». Il est exaucé le 4 août 1859 quand il meurt à l'âge de 74 ans. Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney est le patron des curés de l’univers, et des prêtres de France.

Bienheureux Henri Krzysztofik, martyr

Bienheureux Henri KrzysztofikNé en 1908, Henryk Jozef Krzysztofik, prend l’habit chez les capucins en 1927, est ordonné prêtre en 1933. Arrêté avec les autres religieux du couvent de Lublin, il fut déporté au camp de concentration de Dachau et y mourut de mauvais traitements en 1942.

Bienheureux Guillaume Horne, martyr

Bienheureux Guillaume Horne rMoine convers de la Chartreuse de Tyburn, il ne se départit jamais de la persévérance à suivre la Règle et de sa fidélité à l’Église catholique. Sous le roi Henri VIII, il fut longtemps détenu en prison, et livré, à la fin, aux supplices du gibet à Tyburn, en 1540.

Bienheureux Gonzalve Gonzalo, Joseph Batalla Parramon, Joseph Rabasa Bentanachs, Gilles Gil Rodicio, martyrs

En Espagne, dans la persécution qui sévit au cours de la guerre civile, en 1936, quatre Bienheureux martyrs: à Madrid, Gonzalve Gonzalo, religieux de l’Ordre de Saint-Jean de Dieu, fusillé en 1936 par des miliciens et, à Barcelone, Joseph Batalla Parramon, prêtre, Joseph Rabasa Bentanachs et Gilles Gil Rodicio, religieux salésiens.

Vendredi 03 Juillet 2020
Go to top