Saint Aurélien d’Arles

Aurélien naît en 499 dans une famille aristocratique burgonde illustrée par son grand-père, saint Rustique, son père, Sacerdos, et son cousin germain saint Nizier (qui seront tous trois archevêques de Lyon, respectivement de 494 à 501, de 542 à 552 et de 553 à 573).

Lui-même sera placé en 546 sur le siège prestigieux d’Arles, qui jouit du pallium et d’un « vicariat » sur les Gaules, par la grâce de Childebert Ier roi des Francs. A Arles, Aurélien déploie une intense activité, il fonde en 548 le monastère des Saints-Apôtres en bordure de ville et un autre dans les murs pour les femmes, qu’il dote de règles d’inspiration bénédictine. Il participe au concile d’Orléans en 549. On voit encore Aurélien intervenir auprès du pape Vigile retenu à Constantinople et pressé par l’empereur Justinien de céder sur la question des « Trois chapitres », en marge de la querelle du monophysisme ; il reçoit du pape une réponse datée du 29 avril 550. Appelé par Childebert, il meurt en chemin en 551 et est inhumé à Lyon dans l’église Saint-Nizier.

Haut de page