En ce temps de vacances…

immagine san Benedetto rL’accueil des estivants sur nos côtes correspond peu ou prou au moment où l’Église célèbre la fête de saint Benoît. Cette figure particulièrement honorée dans notre paroisse puisqu’elle inspira l’abbé Aygulphe et fut d’une certaine façon le prétexte de sa mort apparaît comme un clin d’œil à tous ceux qui viennent chercher ici autre chose que le quotidien du reste de l’année.

Benoît reste le modèle de celui qui est animé par la quête d’un ailleurs, de quelque chose d’autre, d’une réalité supérieure ; toute sa vie n’a été qu’une recherche et c’est bien ce qu’il propose à ses disciples dans sa fameuse Règle : de les accompagner sur le chemin de la découverte de la plénitude, du repos, de l’équilibre. N’est-ce pas là ce qu’on demande au contact de la nature, de la mer et du soleil, loin des tracas habituels ?

Lire la suite...

Premières communions

Premières communions 2017 La paroisse a célébré dans la joie les premières communions lors de la solennité du Corps et du Sang du Seigneur, ce dimanche 18 juin. Très recueillie, la nombreuse assemblée a entouré Albane, Sandra, Sarah, Jean-Baptiste, Louis, Amaury et Axel dans une ambiance lumineuse et fervente. C’est l’occasion de remercier toutes les catéchistes qui se sont bénévolement dévouées à l’accompagnement des enfants du catéchisme tout au long de cette année. Pour l’année à venir, les inscriptions se feront courant septembre, pour les enfants de CE2 à la 6ème. Les rencontres auront lieu soit le mardi après l’école comme cette année, soit le mercredi matin en cas de retour à la semaine des quatre jours dans les écoles. Un appel est aussi lancé à toutes les bonnes volontés pour étoffer l’équipe d’accompagnement. Merci.

Mois des vacances, mois des concerts

Pour  profiter des sonorités de notre bel orgue, dans un esprit de foi, de communion et de joie, un concert de qualité vous est offert à l’église de Saint-Aygulf :

Le vendredi 11 août à 20h, concert d’orgue avec Pascal Marsault. Originaire de Blois (comme saint Aygulf…), Pascal Marsault est organiste titulaire de l’église Saint-Ignace à Paris. Pascal MarsaultAprès avoir obtenu les plus hautes distinctions au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, et étudié l’orgue auprès des plus grands maîtres à Paris puis au Sweelinck Conservatorium d’Amsterdam, il a enseigné au Japon où il fut le premier organiste français titulaire au Sapporo Concert Hall. Il est professeur invité depuis 2004 pour coordonner une académie d’été à Bogota, destinée à la formation de jeunes organistes, en lien avec la salle de concerts Luis Angel Arango et l’Université Nationale de Colombie. Avec tout cela, il se permet d’être toulonnais à ses heures, et de servir la paroisse de Sanary. Il accompagnera la messe du lendemain à 18 heures dans notre église.

A Saint-Aygulf, une expérience riche d’espérance

EpafaSur notre paroisse de Saint-Aygulf, entre mer et étangs, une expérience menée par l’association EPAFA est pleine d’encouragements. Elle fait partie des 28 associations qui constituent l’Union Diaconale du Var (UDV), qui implique l’Église auprès des plus pauvres et des personnes fragiles dans le département.

EPAFA fait savoir aux paroissiens qu’ils seront les bienvenus pour venir rencontrer leurs équipes et découvrir leurs actions à la ferme des Esclamandes (comme à la paroisse du Sacré-Cœur, à Fréjus).

Que fait EPAFA ?

Elle accompagne à Fréjus les familles et les personnes en fragilité sociale, en travaillant  au développement personnel de chacun et en œuvrant à la création de liens dans un esprit de mixité sociale.

Et à la ferme des Esclamandes ?

Lire la suite...

Se mettre à l’école des saints

Il est bien de fêter les saints et de prier pour que leur exemple nous stimule mais si nous ne les connaissons pas, cela reste bien factice. Le site de la paroisse vous permet de vous y aider. Sur la gauche de la page d’accueil une ligne « recevoir les saints du jour » vous invite à inscrire votre adresse mail puis à cliquer sur « s’inscrire » et vous recevrez chaque matin quelques lignes présentant les principaux saints fêtés le jour même, elles vous feront découvrir des visages insoupçonnés de la sainteté, elles vous conduiront peut-être à vouloir en approfondir quelques uns. N’hésitez pas, vous ne risquez rien sinon de finir par leur ressembler. Une touche « se désinscrire » permet tout aussi facilement de faire un autre choix…

Sacrement des malades

Pourquoi le demander ?

malades rLe sacrement des malades accompagne la souffrance de quelqu’un qu’une sérieuse maladie met en danger ou perturbe gravement. Ce sacrement est véritablement source de paix : une paix intérieure qui réconcilie le malade avec Dieu mais aussi avec lui-même, la vérité de sa situation et souvent aussi son entourage, mais encore – et j’en ai été plusieurs fois le témoin étonné – d’un bienfait physique inespéré.

Qui le demande ?

Ce sacrement peut être demandé par l’intéressé, il peut être aussi demandé par la famille et célébré soit avec la communauté paroissiale quand cela est possible, soit dans l’intimité. Appeler au presbytère : 04.94.81.22.52.

Quand le demander ?

Il n’est pas indiqué pour une maladie bénigne, ni un mal chronique : si on peut le recevoir plusieurs fois, contrairement à beaucoup d’autres, il est indiqué pour les moments où l’on sent qu’un seuil difficile est à passer, sans que cela marque l’imminence de la fin de vie ! Pour cela on lui a préféré l’appellation « sacrement des malades » à l’antique « extrême onction ».  Voilà pourquoi les familles, redoutant d’effrayer leur proche évitent systématiquement de l’évoquer avec lui et font  dramatiquement barrage, avec les meilleurs sentiments du monde…

Je veux témoigner très fort combien le fait de prendre au sérieux l’état du malade est pour lui une réelle libération, ainsi que pour la famille : le jeu qui consiste à mentir à l’autre jusqu’au bout (le malade qui ne veut pas faire de peine, les siens qui ne veulent pas l’effrayer) prive les uns et les autres de moments uniques et décisifs où se jouent de si grandes choses. Chacun a droit à vivre sa maladie et à la regarder en face.

Comment se passe le rite du sacrement des malades ?

C’est un court moment de prière, éclairé par la Parole de Dieu. Au cœur, deux gestes du prêtre accompagnent et réalisent le sacrement : l’imposition des mains sur la tête du malade et une onction d’huile dans les paumes de ses mains. Il peut avoir lieu tous les jours et à toute heure, à l’église, à l’hôpital ou à la maison.

A l’hôpital Bonnet de Fréjus, l’aumônerie est assurée par Monsieur Marc Gallot, n’hésitez pas à le prévenir dès votre hospitalisation ou celle d’un proche : il assurera des visites régulières et vous mettra si vous le souhaitez en relation avec un prêtre : 07 81 59 07 96.

Dans chacun des autres établissements de santé existe une aumônerie capable de remplir les mêmes services, signalez-vous donc simplement auprès de chacune des administrations qui vous donnera les coordonnées de l’aumônier ou le préviendra elle-même.

Jeudi  20 Juillet

Pour recevoir chaque matin quelques lignes présentant les principaux saints fêtés le jour même il suffit de s'inscrire avec son adresse de messagerie.

Désinscription à tout moment

Offices dominicaux
Samedi à 18h (messe anticipée)
Dimanche à 10h45.

Messes Saint Pie V

Comme chaque été, une messe en forme extraordinaire (dite de St Pie V, en latin), sera célébrée chaque dimanche à 9h, du 2 juillet au 27 août ainsi que le 15 août.

Le Denier de l’Église

il faut y penser !

A LIRE...

Une histoire détaillée et magnifiquement illustrée des évêques de Fréjus du IVème siècle jusqu’à nos jours.
 
(240 pages, 99 illustrations, 60 blasons),
 
Scan2r2
Auteur :
abbé Alain Boussand,
Curé de Saint-Aygulf
En vente au presbytère (24 €) ou expédié franco de port (30 €) (bon de commande)