Attendre

AttendreL’Avent est le temps de l’attente, de la nuit et du silence, du désir et de la vigilance, source d’une joie pure et profonde. On connaît ce texte de Jean Debruyne : « Dieu, tu as choisi de te faire attendre tout le temps d'un Avent. Moi je n'aime pas attendre dans les files d'attente. Je n'aime pas attendre mon tour.
Je n'aime pas attendre le train. Je n'aime pas attendre pour juger.
Je n'aime pas attendre le moment. Je n'aime pas attendre un autre jour. Je n'aime pas attendre parce que je n'ai pas le temps et que je ne vis que dans l'instant (…). Mais toi Dieu, tu as choisi de te faire attendre le temps de tout un Avent. Parce que tu as fait de l'attente l'espace de la conversion, le face à face avec ce qui est caché… » Et si c’était lui qui nous attendait en ce temps béni ? Nous attendra-t-il en vain ? … Nous avons tellement de choses à faire pour préparer Noël !

Troisième dimanche de l'avent

Ce dimanche 17 décembre est marqué par la traditionnelle bénédiction des animaux d’ordinaire organisée le dernier dimanche de l’Avent, mais la proximité avec la fête, cette année (24 décembre !) l’a fait avancer d’une semaine. Nous remercions l’association des commerçants de Saint-Aygulf (et sa présidente, Monique Motard) qui est à l’initiative de cette manifestation, ainsi que le Syndicat d’initiative (et son président, Patrick Lieugaut) qui propose à chacun un vin chaud bienvenu à l’issue de la messe, dans la cour de l’église.

Un grand merci aussi au groupe Lou Cepoun Frejuren qui nous est fidèle et que nous sommes heureux d’accueillir régulièrement à Saint-Aygulf. Il assurera quelques pièces musicales au cours de la messe et la fameuse Danse de la souche après la messe. Qu’il soit le très bienvenu !

Enfin, pour finir cette journée en beauté, la chorale La clé des chants, avec sa chef de chœur, Madeleine Fiétier donnera un concert à 16h30 à l’église de Saint-Aygulf, essentiellement composé de mélodies sur le thème de Noël. Venez nombreux !

Noël à Saint-Aygulf

Confessions en vue de la fête de Noël

La cérémonie pénitentielle préparatoire à Noël aura lieu le jeudi 21 décembre à Saint-Aygulf, de 18h à 19h, avec la participation de plusieurs prêtres du doyenné.

Des confessions individuelles seront proposées le samedi 23 décembre, de 10h à 11h30. Par ailleurs une journée continue de confessions est encore offerte à la basilique de Saint-Raphaël le mardi 19 décembre, en continu, de 8h à 20h.

 

Messes de Noël

Noel 2017Comme les années précédentes, la messe de la nuit sera célébrée le 24 décembre à 21h, et la messe du jour le 25 décembre à 10h45. A noter cette année que le 24 décembre étant un dimanche, les fidèles ne sont pas dispensés de la messe du 4ème dimanche de l’Avent qui sera dite le 24 à 10h45, même pour ceux qui reviennent le soir pour célébrer Noël.

Adorer en silence

AdorationPendant le temps de l’avent, une adoration  du Saint-Sacrement est proposée le jeudi entre 19h et 20h, dans la chapelle Saint-Aygulphe. Elle aura lieu les jeudis 7 et 14 décembre, le 21 étant occupé par la cérémonie pénitentielle.

 

 

 

Le « nouveau » Notre Père

Notre PèreA partir de ce dimanche 3 décembre 2017, premier dimanche de l’année liturgique, les évêques de France ont demandé qu’une nouvelle traduction de la prière du Notre Père entre en usage dans toute forme de liturgie publique. Ce texte adopté par les commissions francophones ad hoc a été approuvé par la Congrégation romaine pour le culte divin et la discipline des sacrements et élaboré en concertation avec les autres communautés chrétiennes non catholiques : ainsi le Conseil d’Églises chrétiennes en France (CÉCEF) recommande-t-il également son emploi à partir de l’Avent 2017 dans toute célébration œcuménique. Voici donc le texte que nous emploierons désormais ensemble et qu’il convient que chacun de nous mémorise, au prix d’un petit effort : l’obéissance à l’Église et la communion entre tous le valent bien, mais en lisant cet article, chacun comprendra l’enjeu et finalement la nécessité de ce petit changement.

Lire la suite...

Se mettre à l’école des saints

Il est bien de fêter les saints et de prier pour que leur exemple nous stimule mais si nous ne les connaissons pas, cela reste bien factice. Le site de la paroisse vous permet de vous y aider. Sur la gauche de la page d’accueil une ligne « recevoir les saints du jour » vous invite à inscrire votre adresse mail puis à cliquer sur « s’inscrire » et vous recevrez chaque matin quelques lignes présentant les principaux saints fêtés le jour même, elles vous feront découvrir des visages insoupçonnés de la sainteté, elles vous conduiront peut-être à vouloir en approfondir quelques uns. N’hésitez pas, vous ne risquez rien sinon de finir par leur ressembler. Une touche « se désinscrire » permet tout aussi facilement de faire un autre choix…

Sacrement des malades

Pourquoi le demander ?

malades rLe sacrement des malades accompagne la souffrance de quelqu’un qu’une sérieuse maladie met en danger ou perturbe gravement. Ce sacrement est véritablement source de paix : une paix intérieure qui réconcilie le malade avec Dieu mais aussi avec lui-même, la vérité de sa situation et souvent aussi son entourage, mais encore – et j’en ai été plusieurs fois le témoin étonné – d’un bienfait physique inespéré.

Qui le demande ?

Ce sacrement peut être demandé par l’intéressé, il peut être aussi demandé par la famille et célébré soit avec la communauté paroissiale quand cela est possible, soit dans l’intimité. Appeler au presbytère : 04.94.81.22.52.

Quand le demander ?

Il n’est pas indiqué pour une maladie bénigne, ni un mal chronique : si on peut le recevoir plusieurs fois, contrairement à beaucoup d’autres, il est indiqué pour les moments où l’on sent qu’un seuil difficile est à passer, sans que cela marque l’imminence de la fin de vie ! Pour cela on lui a préféré l’appellation « sacrement des malades » à l’antique « extrême onction ».  Voilà pourquoi les familles, redoutant d’effrayer leur proche évitent systématiquement de l’évoquer avec lui et font  dramatiquement barrage, avec les meilleurs sentiments du monde…

Je veux témoigner très fort combien le fait de prendre au sérieux l’état du malade est pour lui une réelle libération, ainsi que pour la famille : le jeu qui consiste à mentir à l’autre jusqu’au bout (le malade qui ne veut pas faire de peine, les siens qui ne veulent pas l’effrayer) prive les uns et les autres de moments uniques et décisifs où se jouent de si grandes choses. Chacun a droit à vivre sa maladie et à la regarder en face.

Comment se passe le rite du sacrement des malades ?

C’est un court moment de prière, éclairé par la Parole de Dieu. Au cœur, deux gestes du prêtre accompagnent et réalisent le sacrement : l’imposition des mains sur la tête du malade et une onction d’huile dans les paumes de ses mains. Il peut avoir lieu tous les jours et à toute heure, à l’église, à l’hôpital ou à la maison.

A l’hôpital Bonnet de Fréjus, l’aumônerie est assurée par Monsieur Marc Gallot, n’hésitez pas à le prévenir dès votre hospitalisation ou celle d’un proche : il assurera des visites régulières et vous mettra si vous le souhaitez en relation avec un prêtre : 07 81 59 07 96.

Dans chacun des autres établissements de santé existe une aumônerie capable de remplir les mêmes services, signalez-vous donc simplement auprès de chacune des administrations qui vous donnera les coordonnées de l’aumônier ou le préviendra elle-même.

Dimanche  17 Décembre

Pour recevoir chaque matin quelques lignes présentant les principaux saints fêtés le jour même il suffit de s'inscrire avec son adresse de messagerie.

Désinscription à tout moment

Offices dominicaux
Samedi à 18h (messe anticipée)
Dimanche à 10h45.

Le Denier de l’Église

il faut y penser !

A LIRE...

Une histoire détaillée et magnifiquement illustrée des évêques de Fréjus du IVème siècle jusqu’à nos jours.
 
(240 pages, 99 illustrations, 60 blasons),
 
Scan2r2
Auteur :
abbé Alain Boussand,
Curé de Saint-Aygulf
En vente au presbytère (24 €) ou expédié franco de port (30 €) (bon de commande)